/regional/quebec/quebec

Tramway: pas de rue partagée dans le secteur du Collège Saint-Charles-Garnier

Après des mois de réflexion, l’administration Marchand est revenue au scénario de 2019 pour l’insertion du tramway dans le secteur du Collège Saint-Charles-Garnier. L’idée d’une rue partagée, où la place et la vitesse des voitures sont fortement limitées, a toutefois été exclue. 

• À lire aussi: Le maire Bruno Marchand veut un TGV entre Québec et Toronto

• À lire aussi: Travaux préparatoires pour le Tramway: retour bientôt de l’imposant chantier sur Laurier

• À lire aussi: Procès: les antitramway déboutés en Cour, le projet peut aller de l'avant

La Ville de Québec a finalement retenu «le scénario de référence» qui comprend une plateforme du tramway au centre de la chaussée, une station avec des quais latéraux et une voie de circulation automobile dans chaque direction.  

Une voie de circulation sera maintenue dans chaque direction sur le boulevard René-Lévesque et la limite de vitesse des voitures demeurera à 50 km/h, a-t-on fait savoir, mercredi, en point de presse. 

Le maire Marchand a admis que le choix de ce scénario – plutôt que celui où les voies automobiles étaient carrément retirées – a notamment été guidé par la crainte de voir les automobilistes augmenter la circulation en empruntant des rues perpendiculaires au boulevard René-Lévesque. 

Pas de rue partagée

Lors des consultations publiques d’avril 2022, notons que le scénario 1 – dit «de référence» – comportait de possibles variantes comme celle de la rue partagée qui limite la place de la voiture. Or, la variante de la rue partagée a finalement été écartée. La vitesse des voitures va demeurer à 50 km/h, car les limites à 30 km/h ne sont applicables qu’aux alentours des écoles primaires.   

Image: Ville de Québec

Image: Ville de Québec

Bruno Marchand a juré n’avoir subi aucune pression du gouvernement caquiste pour abandonner l’hypothèse de la rue partagée. En mars 2022, ce même enjeu de la rue partagée, dans le secteur de l’avenue Cartier, avait mené à un spectaculaire bras de fer entre les deux parties aux vues opposées. 

De son côté, Daniel Genest, chef du bureau de projet du tramway, a expliqué que la configuration du secteur de Saint-Charles-Garnier n’aurait pas permis la mise en place d’une rue partagée sur le même modèle que celui projeté du côté de l’avenue Cartier ou dans Saint-Roch. 

Scénarios écartés

Initialement, la Ville de Québec jonglait avec trois scénarios pour Saint-Charles-Garnier. Le concept de référence, le retrait de la future station de tramway ou le retrait des voies de circulation sur un court tronçon. Mais elle s’est rapidement concentrée sur les scénarios 1 et 3 qui ont recueilli des appuis populaires semblables lors des consultations citoyennes.   

Pour trancher, la Municipalité dit avoir utilisé une quinzaine de critères comme le maintien de la priorité du tramway, les arbres, la capacité routière, les modes actifs et le milieu de vie. 

LE SCÉNARIO CHOISI

  • Plateforme du tramway au centre de la chaussée 
  • Station avec quais latéraux  
  • Une voie de circulation automobile par direction  
  • 32 arbres abattus (soit le plus haut nombre sur les scénarios qui étaient sur la table) 
  • Meilleur potentiel de compensation par la plantation 
  • Possible aménagements urbains (peinture sur la chaussée, un pavé uni...) dans la zone d’insertion pour apaiser la circulation 
  • En utilisant divers critères techniques, ce scénario a obtenu un pointage de 18,2 contre 16,8 pour le scénario prévoyant un retrait des voies de circulation 
  • Source: Ville de Québec

CE QU’ILS ONT DIT

  • «On regarde quel le meilleur scénario, point. Que ce soit celui de l’ancienne administration, de la nouvelle, d’une autre, d’une administration martienne, on s’en fout», Bruno Marchand, maire de Québec
  • «C’est un retour à la case Labeaume (...) Tout ça pour ça! Je ne veux pas critiquer, mais je me questionne à savoir c’était quoi l’utilité de tout faire refaire le tour de ça», Claude Villeneuve, chef de Québec d’abord 
  • «Aucun des trois scénarios n’était privilégié par notre parti politique», Patrick Paquet, chef d’Équipe Priorité Québec 
  • «Je suis déçue, mais pas surprise (...) C’est une manœuvre classique de M. Marchand d’induire la population en erreur, à proposer un scénario qui inclut une voie partagée et une place pour les vélos puis nier par la suite le fait que ça a existé», Jackie Smith, cheffe de Transition Québec
Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse nouvelles.quebec@tva.ca ou appelez-nous directement au 418-688-2030.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.