/news/politics

Sécurité près des écoles: «On veut pas de pancartes, on veut que ça change!»

Une mobilisation nationale pour la sécurité près des écoles a eu lieu aujourd’hui mercredi devant une trentaine d’établissements scolaires de la province. 

• À lire aussi: Sécurité routière: vers une limitation de la place des voitures autour des écoles à Québec

• À lire aussi: Sécurité routière : Des intersections plus dangereuses dénoncées

Notre journaliste a récolté le témoignage d’une poignée de parents qui se sont réunis près de l’école Anne-Hébert, dans le secteur Sainte-Foy, à Québec.

Voici ce qu’ils avaient à dire :

«Le chemin Sainte-Foy c’est extrêmement large et psychologiquement, quand les gens voient une avenue large, ils ont le sentiment qu’ils peuvent aller vite. Il faut que ça soit restreint sur le plan visuel pour donner l’impression qu’il y a des enjeux, qu’il y a des piétons.»

«Le chemin Sainte-Foy, ça roule à 70 km/h, le trottoir est tout étroit, les enfants se font frôler. On veut des aménagements où le piéton, le cycliste est réellement en sécurité.»

«On veut pas de pancartes, on veut que ça change!»

Les instigateurs du mouvement demandent au gouvernement une hausse des budgets consacrés à la sécurité routière et une vision «zéro accident». 

Manon Massé qui a pris part au rassemblement a également formulé des demandes au gouvernement Legault.

«Le Palais municipal n’a pas le pouvoir d’installer des radars et nous, à Québec solidaire, ça fait maintenant plusieurs semaines qu’on demande à Québec de faire sa part et ça s’appelle “une école, un radar”».

Catherine Vallières-Roland, conseillère municipale, Montcalm—Saint-Sacrement, dit vouloir collaborer avec la ministre Guilbault et le gouvernement du Québec. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.