/news/world

Ses parents tués dans une attentat en 2021, la petite Maryam retrouve sa famille au Qatar

La petite Maryam a retrouvé ses soeurs à Doha.

Photo KARIM JAAFAR / AFP

La petite Maryam a retrouvé ses soeurs à Doha.

Une petite fille afghane rendue orpheline par un attentat et âgée de quelques semaines à peine lors de son évacuation de Kaboul a retrouvé ses proches à Doha, au Qatar. 

Âgée d’un peu moins de deux ans, la fillette appelée Maryam par l’orphelinat, mais dont le prénom de naissance est Aliza, a retrouvé lundi son oncle, Yaar Mohammad Niazi, et ses frères et sœurs.

« Je ne savais pas si nous allions la retrouver, et là, je suis submergé » par l’émotion, confie M. Niazi, âgé de 40 ans, lui-même père de quatre enfants.

« Lorsque je l’ai prise dans mes bras, je me suis dit: elle est vivante », raconte-t-il, ajoutant vouloir garder le prénom de Maryam car la petite s’y est habituée.

L’homme cherchait sa nièce depuis fin août 2021, lorsqu’elle avait été évacuée par avion de Kaboul, tout juste reprise par les talibans.

Ses parents, qui avait fui vers l’aéroport avec leurs quatre enfants, avaient été tués le 26 août, une journée sanglante marquée par un attentat, revendiqué par le groupe jihadiste État islamique, et des combats, ayant fait au total 183 morts.

Maryam n’avait alors qu’un ou deux mois. Un adolescent l’a prise dans ses bras et l’a emmenée puis a embarqué à bord d’un avion militaire américain qui emportait expatriés et Afghans vers Doha, affirme à l’AFP un responsable qatari sous couvert d’anonymat.

Maryam, en compagnie de ses soeurs et de leur oncle.

Photo KARIM JAAFAR / AFP

Maryam, en compagnie de ses soeurs et de leur oncle.

Au total, environ 200 enfants afghans ont été évacués sans leurs parents ni leur famille par avion -- des vols qui ont permis à des dizaines de milliers d’Afghans de fuir leur pays.

Ils ont été pris en charge par les autorités qataries, selon le responsable. « Nous avons travaillé avec l’Unicef (le Fonds des Nations unies pour l’enfance, NDLR) pour voir s’ils avaient encore des membres de leur famille », ajoute-t-il.

L’agence onusienne était de son côté assaillie de demandes de familles à la recherche de leurs proches portés disparus.

• À lire aussi: Arrestation du fondateur d'un réseau d'écoles pour filles en Afghanistan

Tests ADN

Tandis que la petite Maryam faisait ses premiers pas à l’orphelinat Dreama à Doha, son frère et ses deux sœurs perdaient espoir de quitter un jour Kaboul, tout comme leur oncle qui avait récupéré leur garde.

Mais six semaines après l’attentat du 26 août, l’ONU croit avoir retrouvé la trace de Maryam.

« Ils nous ont contactés pour effectuer des tests ADN » sur la petite fille, raconte le responsable qatari.

Puis M. Niazi en fait un également à Kaboul. Les résultats sont concordants. L’oncle doit ensuite attendre de longs mois avant d’obtenir un passeport auprès des nouvelles autorités afghanes, dans le but d’emmener toute sa famille au Qatar.

Depuis, installé à Doha, M. Niazi espère obtenir un visa pour vivre aux États-Unis. « Nous voulons juste être en sécurité », explique-t-il.

Lui et sa femme ont désormais huit enfants à charge: Maryam, les trois autres enfants de la fratrie, ainsi que leurs quatre petits.

Maryam continue de vivre à Dreama et va progressivement passer plus de temps avec sa famille tout juste retrouvée, afin de s’habituer à eux en douceur.

AFP

D’autres petits Afghans recueillis par Dreama ont également retrouvé leurs familles. Parmi eux, un garçon de trois ans a rejoint son père au Canada, après avoir été reconnu par un diplomate canadien sur un avis de recherche.

Dans le sillage de la prise de Kaboul par les talibans, le Qatar avait accueilli des milliers d’Afghans dans des logements temporaires à Doha, en attendant que des pays se proposent de leur offrir un refuge permanent.

Seuls 15 Afghans n’ont pas encore pu quitter Doha, indique le responsable qatari. Des centaines d’autres Afghans vivent au sein d’une base militaire américaine au Qatar, certains arrivés plus récemment.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.