/regional/troisrivieres/mauricie

Des infirmières suspendues parce qu'elles refusent d'être déplacées

Cinq infirmières des services CLSC en périnatalité ont été suspendues sans solde à Shawinigan après avoir refusé d’être déplacées vers un autre centre d’activité. 

La direction du Centre intégré universitaire de Santé et de Services sociaux de la Mauricie-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a ainsi mis à exécution sa menace.

Ces infirmières ne se sont pas présentées à leur formation, la direction du CIUSSS MCQ souhaitant les déplacer sur les unités de soins pédiatriques des hôpitaux cet été.

«Pour elles ce sont des déplacements illégaux. Ce qu'elles nous disent c'est qu'elles ne veulent pas mettre en péril les soins pour les jeunes enfants parce qu'on a décidé de déplacer la vaccination des 12-18 mois», a dit Patricia Mailhot, présidente régionale de la Fédération des infirmières du Québec (FIQ).

Déjà, des rendez-vous de vaccination pour les 12 et 18 mois sont déplacés de plusieurs mois, ce qui est loin de respecter ce qu'on peut lire sur le site du gouvernement du Québec. 

On mentionne que la cible du ministère est que « 90% des enfants reçoivent leur dose de vaccin contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle (RROVar) à l'intérieur de 2 semaines selon le calendrier du Protocole d'immunisation du Québec.»

Il est aussi mentionné que «le vaccin permet de les protéger adéquatement au moment où ils risquent le plus d'attraper la rougeole».

Le programme ABCdaire, un des volets du programme d'Agir tôt, est aussi repoussé de plusieurs mois, un autre impact des changements dans le réseau cet été. 

Ce programme vise à évaluer le développement des enfants de 18 mois pour déceler les difficultés rapidement.

«La Commission Laurent disait qu’il faut miser sur la prévention... C'est important», a poursuivi M. Mailhot.

Les infirmières qui s’absentent sans justification risquent une suspension de huit jours si elles récidivent.

«On trouve ça déplorable d'appliquer des mesures aussi extrêmes que ça. Dans une situation qui est déjà difficile en Mauricie. Et qu'au final, tout ce qu'elles veulent c'est de donner les soins sur lesquels elles ont un contrat de travail».

Pour le CIUSSS les employés qui ne se présentent pas au travail doivent motiver la raison de leur absence. 

La direction a dit comprendre les préoccupations soulevées par les infirmières concernées et qu’elle a offert de l'accompagnement et des formations nécessaires pour leur permettre de bien s'adapter à leur nouveau milieu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.