/news/sante

Juste «du stress»: seulement quelques mois restant pour une ado atteinte d’un cancer mal diagnostiqué

CAPTURE D'ÉCRAN/GOFUNDME

Une adolescente qui se plaignait de douleurs à la hauteur d’une «agonie indescriptible» s’est fait conseiller d’utiliser des applications de méditation pour réduire «son stress», après que son médecin soit passé à côté de son cancer rare en phase terminale.

«Elle criait de douleur, mais on s’est fait demander: “avez-vous essayé une application de prise de conscience?” et on s’est fait dire que c’était du stress. Ils voulaient qu’elle soit silencieuse et qu’elle ne dérange pas les autres», a relaté Carol Rolfe, la mère de l’adolescente, en entrevue avec «The Telegraph».

La jeune Anglaise Olivia Maunder, 15 ans, a commencé à souffrir de douleur dans le dos en 2020, qui se serait intensifiée en janvier 2021 au point d’aller consulter après s’être retrouvée aux urgences en raison des douleurs.

Mais malgré des imageries médicales, les médecins traitants de l’hôpital de Frimley Park à Camberley seraient passés à côté de son cancer rare, le sarcome d’Ewing, qui affecte les os et leurs tissus. Pour expliquer la douleur, ils lui auraient plutôt diagnostiqué un syndrome qui entraîne à réagir anormalement à une blessure.

«Je n’étais pas traitée, je ne faisais que vivre en douleur, a confié l’adolescente, selon le média britannique. Je savais que j’étais en douleur et que ce n’était pas juste dans ma tête.»

Sauf qu’en poussant pour un second diagnostic, les médecins ont découvert une tumeur avancée, au point où la chirurgie ne serait plus une option et lui prédisant seulement quelques mois à vivre, a poursuivi «The Telegraph».

«Ils m’ont dit que j’avais une tumeur trois mois après avoir dit que j’inventais tout ça et que j’aie souffert terriblement», s’est exclamée l’adolescente, «extrêmement en colère».

Une situation «inacceptable», selon Jeanette Van-Cauter, une avocate spécialisée en négligence médicale de la firme qui représentera la famille pour que les fautifs dans le dossier soient «tenus responsables».

De son côté, le Dr Timothy Ho, directeur médical de la fondation qui régit l’hôpital, s’est excusé à la famille pour la «détresse considérable causée par le retard dans le diagnostic du cancer d'Olivia», indiquant qu’une enquête en profondeur sera effectuée, selon le média anglais.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.