/news/environnement

Feux de forêt en Abitibi: une centaine d’animaux abandonnés ou évacués d’urgence

«C’est une première pour nous, tout ça», confirme la SPCA locale

Francis Pilon / JdeM

La SPCA de Val-d’Or travaille sans relâche dans leur infrastructure de fortune pour subvenir aux besoins de centaines d’animaux domestiques abandonnés ou évacués d’urgence en raison des feux de forêt qui font rage.

• À lire aussi: Legault ouvert à augmenter les budgets pour faire face aux catastrophes naturelles

• À lire aussi: Les avis d'évacuation levés à Sept-Îles

• À lire aussi: Un «manque de respect» de Legault, selon un élu de Clova

«C’est une première pour nous, tout ça. On a deux employés sur place et une dizaine de bénévoles. Les citoyens de Val-d’Or sont venus nous apporter de la nourriture, des cages et beaucoup d’accessoires. C’est impressionnant toute l’entraide qu’on a», s’étonne Christopher Robitaille, de la SPCA de Val-d’Or.

Christopher Robitaille, directeur adjoint de la SPCA de Val-d’Or, au centre du refuge temporaire.

Francis Pilon / JdeM

Christopher Robitaille, directeur adjoint de la SPCA de Val-d’Or, au centre du refuge temporaire.

La centaine de chats et de chiens qui l’entourent mardi viennent du Lac-Simon et de Lebel-sur-Quévillon, deux des municipalités les plus touchées par les incendies au Québec. Son organisation a dû ouvrir en quelques heures ce refuge d’urgence à l’aréna Kiwanis. 

«La plupart des propriétaires ont dû quitter leur maison rapidement et n’ont peut-être pas eu le temps de prendre leurs animaux avec eux. Les alarmes ont sonné dans leur ville et les évacuations ont été assez rapides», explique M. Robitaille.

Fenêtres et portes défoncées

Le directeur adjoint à la SPCA de Val-d’Or s’inquiète toutefois pour la suite. Il craint que des propriétaires de chiens ou de chats abandonnent pour de bon ces petits sinistrés.

«On a le nom et l’adresse des propriétaires. On les appelle et les tient au courant, mais c’est un refuge temporaire que la ville nous prête ici. Idéalement, les animaux auront quitté [le refuge] d’ici une semaine», espère M. Robitaille, qui a peu dormi depuis le début de cette crise. 

Son organisme et des bénévoles ont d’ailleurs accueilli jusqu’à 160 animaux durant le dernier week-end. 

«On a même des citoyens qui ont dû parfois défoncer une fenêtre ou une porte pour les sauver à la demande de leur maître», raconte Christopher Robitaille. 

Pas habitués aux cages

Jessica Lacharité Beauchamp, une employée qui se démène sur place à gérer tous les bénévoles, confie avoir le cœur en miettes en voyant ces bêtes qu’on oublie trop durant les feux de forêt dans sa région. 

«Ils sont habitués à courir dans de grands espaces et non d’être dans une cage. Mais on préfère les avoir en sécurité ici que dehors dans les feux. Certaines familles viennent les voir le matin ou le soir, mais elles ne peuvent pas les ramener avec elles dans leur refuge ou leur hôtel», se désole-t-elle, en regardant une portée de petits chiots rescapés et leur maman.

Jessica Lacharité Beauchamp, employée de la SPCA de Val-d'Or, et une portée de chiots d'un mois.

Francis Pilon / JdeM

Jessica Lacharité Beauchamp, employée de la SPCA de Val-d'Or, et une portée de chiots d'un mois.

Cette résidente de Val-d’Or précise que certains animaux sont arrivés avec des démangeaisons sur la peau, mais rien d’alarmant pour leur état de santé.

Notons que des animaux de ferme font aussi partie des sinistrés en Abitibi-Témiscamingue. 

«Merci aux gens qui ont permis depuis deux jours d’évacuer les animaux de quatre fermes de Normétal et Saint-Lambert en Abitibi-Ouest», a confirmé lundi sur Facebook la Fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.