/news/world

Trump visé dans l’enquête sur les archives de la Maison-Blanche

Donald Trump a été informé par la justice fédérale qu’il était personnellement visé dans l’enquête sur les archives de la Maison-Blanche, une nouvelle épreuve pour l’ancien président américain qui espère décrocher un nouveau mandat en 2024. 

• À lire aussi: Ron DeSantis lance une campagne perdue d'avance contre Donald Trump

Selon plusieurs médias américains, dont CNN et le New York Times, des procureurs fédéraux ont fait savoir aux avocats de Donald Trump que l’enquête ne se limitait plus aux proches de l’ancien président, mais le visait aussi personnellement.

Il lui est reproché d’avoir conservé des cartons entiers de documents, y compris certaines classés « secret défense », après son départ de Washington en 2021 et d’avoir refusé de les restituer, en violation des lois fédérales.

Les médias américains ne précisent pas quand l’ancien président a été informé, mais ses avocats ont rencontré lundi des responsables du ministère de la Justice, notamment le procureur spécial Jack Smith, chargé de superviser cette enquête de manière indépendante.

Donald Trump, qui devance pour l’instant largement les autres candidats à l’investiture républicaine, s’est toujours défendu de toute malversation et se présente comme victime d’une « persécution politique ».

« Comment le ministère de la Justice pourrait m’inculper alors que je n’ai rien fait », écrivait-il lundi sur le réseau Truth Social, au moment où ses avocats étaient reçus par des responsables de ce ministère.

  •  Écoutez l'entrevue de Richard Latendresse, Correspondant de TVA Nouvelles à Washington au micro de Richard Martineau via QUB radio : 

Moquette fleurie

Aux États-Unis, une loi de 1978 oblige tout président américain à transmettre l’ensemble de ses lettres, courriels et autres documents de travail aux Archives nationales. Une autre loi, sur l’espionnage, interdit à quiconque de conserver des documents classés confidentiels dans des lieux non autorisés et non sécurisés.

En quittant la présidence pour s’installer dans la luxueuse résidence Mar-a-Lago, Donald Trump a pourtant emporté des boîtes entières de dossiers.

En janvier 2022, après plusieurs relances, il a accepté de restituer 15 cartons, comportant plus de 200 documents classifiés.

Dans un courrier, ses avocats avaient alors assuré qu’il n’y en avait pas d’autres.

Après examen, la police fédérale a toutefois estimé qu’il n’avait pas tout rendu et qu’il en conservait encore beaucoup dans son club de Palm Beach.

Des agents du FBI s’y sont rendus le 8 août, et ont saisi une trentaine d’autres boîtes, contenant 11 000 documents, dont certains très sensibles, sur l’Iran ou la Chine.

Dénonçant avec force une opération médiatique, ses avocats ont vivement reproché au FBI la publication, selon eux non nécessaire, d’une photo montrant des documents saisis estampillés de la mention « Top Secret », éparpillée sur une moquette au motif floral.

Pour faire taire les accusations de machination, le ministre de la Justice Merrick Garland avait chargé le procureur spécial Jack Smith de superviser cette enquête, ainsi qu’une autre sur le rôle de Donald Trump dans l’assaut du Capitole.

Vedette du X

Un autre procureur spécial enquête en parallèle sur des documents classés confidentiels retrouvés en début d’année dans un ancien bureau et au domicile du président démocrate Joe Biden par ses avocats.

Ces trouvailles embarrassantes, ainsi que d’autres chez l’ex-vice-président Mike Pence, ont permis à Donald Trump de minimiser sa conduite, même si Joe Biden a toujours coopéré avec la justice, restituant de son plein gré les documents, en nombre bien moins important.

Le tribun républicain s’est également servi des découvertes chez son rival pour rallier ses partisans qui, à chaque fois que la justice le frappe, serrent les rangs autour de lui.

Ce fut notamment le cas en avril, quand la justice de l’Etat de New York l’a inculpé pour des falsifications de documents comptables liées au paiement de 130 000 dollars à l’actrice de films X Stormy Daniels avant l’élection de 2016, en échange de son silence sur une supposée liaison.

C’était la première fois dans l’histoire américaine qu’un ancien président faisait l’objet de poursuites pénales.

Une procureure de l’Etat de Géorgie, qui enquête depuis des mois sur les pressions exercées par le républicain pour tenter de changer le résultat de la présidentielle de 2020, doit annoncer d’ici septembre l’issue de ses investigations.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.