/regional/sherbrooke/estrie

Voie de contournement : des craintes renforcées pour la nappe phréatique

On a souvent entendu des citoyens de Frontenac et de Lac-Mégantic dire qu'ils étaient inquiets pour leur nappe phréatique avec la construction prochaine de la voie de contournement ferroviaire.

• À lire aussi: Voie de contournement à Lac-Mégantic: Audiences publiques sur les expropriations

• À lire aussi: Lac-Mégantic: l'UPA s'oppose à la voie de contournement

• À lire aussi: Voie de contournement: La grogne s'intensifie à Lac-Mégantic

Le mois dernier, en audiences publiques, des expropriés et d'autres résidents du secteur ont à nouveau manifesté leurs craintes.

Ils n'ont peut-être pas tort de s'inquiéter puisqu'un lac souterrain serait situé exactement où passera la voie de contournement.

Un résident de Frontenac, qui n'est pas l'un des 42 expropriés, a voulu faire un claim pour de l'exploration minière sur ses terres.

Sa demande a été rejetée en raison de la présence d'un lac souterrain.

Dans un extrait du décret de 2006 adopté par Ressources naturelles du Québec, on mentionne l’interdiction de procéder à toute activité de forage et de dynamitage parce que le sol y renfermerait une aire de captage nécessaire pour l'approvisionnement en eau potable de la ville de Lac-Mégantic.

La zone d'interdiction s'étend du parc industriel jusqu’au sud de la route 204.

C'est précisément à l’intersection des routes 161 et 204 que l'on doit creuser à plus d'une vingtaine de mètres de profondeur pour y faire passer la voie de contournement.

Pourquoi y interdirait-on les travaux de forage et de dynamitage pour l'exploitation minière, mais les permettrait pour la construction de la voie de contournement ?

TVA Nouvelles attend toujours les réponses aux demandes d’informations acheminées au ministère québécois des Ressources naturelles et de Transports Canada.

Ces nouvelles informations ne font que renforcer les convictions du maire de Frontenac, Gaby Gendron, à savoir que le gouvernement fédéral cache des faits importants à ses citoyens sur les impacts du tracé retenu.

Il a demandé au bureau de la ministre Helena Jaczek de prendre en compte ses nouveaux éléments d'information. La responsable de Services publics et approvisionnement Canada doit trancher à savoir si les avis d'expropriation sont maintenus à la suite des audiences publiques tenues il y a un mois.

Sa décision est attendue au cours de la prochaine semaine.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.