/news/environnement

Changements climatiques: «le gouvernement manque d’ambition»

Le Sommet sur l’ambition climatique se tiendra le 20 septembre prochain au siège social de l’ONU, à New York, où François Legault prendra part aux discussions.

• À lire aussi: Changement climatique: la Californie poursuit des géants du pétrole

• À lire aussi: Londres distribue des permis pour enfouir du CO2 dans des champs pétroliers sous-marins

Patrick Bonin, responsable de campagne Climat-Énergie chez Greenpeace, se dit surpris de cette nouvelle « parce que l’ensemble de l’œuvre du gouvernement Legault, après 5 ans, n’est pas très reluisant au sujet de la lutte climatique », soutient-il.

Il souligne toutefois les bons coups du gouvernement provincial, « par exemple, d’interdire l’exploration et l’exploitation pétrolière et gazière au Québec, une des premières nations à le faire, évidemment venue suite à une grande mobilisation », avance l’expert. 

« Une autre chose que le gouvernement du Québec a bien faite, c’est de financer les pays en développement, les aider à s’adapter aux changements climatiques », rappelle-t-il.

« Mais malheureusement, il va falloir beaucoup plus de la part de M. Legault. Il faut qu’il arrive avec de nouvelles annonces à New York parce que sinon il vit dans le passé », selon M. Bonin.

Bien que le Québec a entrepris quelques bonnes actions, M. Bonin estime que « le gouvernement manque d’ambition, ce n’est pas vrai que François Legault est un leader ».

« Le Québec est une des rares nations dans le monde à ne pas avoir revu sa cible de réduction de gaz à effets de serre pour 2030, et ce depuis 2015, depuis l’Accord de Paris. Donc on a une vieille cible au Québec qui n’est pas assez ambitieuse en regard de ce que la science dit », estime le militant. 

« La science dit qu’il faut couper de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 », précise-t-il. 

« Québec n’a qu’un demi-plan d’action de lutte aux changements climatiques. »

Il explique : « regardez les transports collectifs, il manque de financement, il y a plein de gens qui n’ont pas de services adéquats, que ce soit en ville ou interurbain ».

« On donne des millions de dollars en cadeaux aux grands pollueurs et on ne les force pas par une réglementation qui ne coûterait rien », peste-t-il.

Voyez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.