/news/world

Amibe mangeuse de cerveau: un enfant d’un an infecté dans une pataugeoire perd la vie

Un enfant de 16 mois serait décédé d’une infection de l’amibe mangeuse de cerveau quelques jours après avoir joué dans une pataugeoire à Arkansas aux États-Unis, où des échantillons auraient montré la présence de l’organisme dans l’eau.  

C’est au début du mois de septembre que le jeune enfant aurait contracté l’infection Naegleria Fowleri, qui «détruit le tissu cérébral, provoquant un gonflement du cerveau et, dans certains cas, la mort», depuis une pataugeoire avec jets d’eau d’un Club Country à Little Rock, selon un communiqué du département de Santé d’Arkansas (ADH) rapporté par «The Independent» lundi. 

Ce parasite, mieux connu sous le nom d’amibe mangeuse de cerveau, est un micro-organisme unicellulaire extrêmement rare qui entre par le nez et remonte vers le cerveau. Les infections qui se développent sont souvent fatales, selon le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies américain (CDC). 

Malheureusement, après quelques jours à l’hôpital, l’enfant de 16 mois aurait succombé à l’infection. Des échantillons ont permis de déterminer la présence de la Naegleria Fowleri dans la pataugeoire, qui a été fermée par le Club Country, de même que sa piscine, depuis.  

«Il n’y a aucun risque continu pour le public lié à cette exposition», a par ailleurs précisé l’ADH, selon le média britannique. 

Il s’agissait du deuxième enfant à être exposé à ce parasite via une pataugeoire, tandis qu’un jeune de 3 ans aurait succombé dans des conditions similaires au Texas en 2021, où l’eau n’était pas suffisamment recirculée et désinfectée. 

L’organisme vivrait également dans le sol et les lacs d’eau douce, les rivières, les étangs et les sources chaudes, préciserait le CDC sur son site, selon «The Independent».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.